Blog

Corynebacteries

Post déjà copié/collé sur mes suivis de portée + Mp fait aux adoptants.

Je colle un disclaimer avant de débuter, y’a PAS DE RAISONS DE PANIQUER. Personne va mourir dans les 14s et c’est surement une chose qui touche bon nombres de ratouphiles sans même qu’ils le sachent (et oui, quand on ne cherche pas, on ne trouve pas!).

Il est dit à la fin du compte-rendu que les lésions pulmonaires de Kid sont assez caractéristiques des Corynebacteries. Ca n’a pas fait grimper au plafond ni le labo, ni le véto, juste Vltava car elle a un background plus large et à pensé à Cybelle chez Minhator et Kaziklu (résumé: Cybelle a été traitée plusieurs fois pour des pbs respis qui sont toujours revenus. Une analyse à été faite sur sa copine de cage décédée et il a été trouvé des Corynébactéries sans affection visibles). 2 sur la même fratrie c’est de suite plus louche.

Forcement dans ce cas là on cherche un peu plus que ça et on trouve ce type de choses:

Fiche chez Charles River

Frequency
Rare in laboratory colonies. Described as a natural infection in R. norvegicus

Clinical Signs and Lesions
Inapparent infection is common. Animals can harbor C.kutscheri in the oral cavity, cervical lymph nodes, and gastrointestinal tract with no ill effects. With advancing age, stress, experimental manipulation, or any derangement of the immune system, hematogenous spread may occur. When clinical signs occur, they are nonspecific general signs of illness – weight loss, ruffled fur, and, in rats, respiratory distress and chromodacryorrhea.

Interference with Research
Animals can harbor C. kutscheri with no ill effects, no apparent circulating antibodies, and no lesions However, any disruption of the immune system can lead to an outbreak of disease, rendering animals clinically ill and unfit for use.

Netvet

PREDISPOSING FACTORS
Corynebacterium kutsheri infections in mice and rats are more often inapparent or latent and become overt disease following stressful manipulations. Nutritional deficiencies, concomitant infections, cortisone injections, and radiation exposure are predisposing stresses. Rats are more resistant to the spontaneous disease than mice.

SIGNIFICANCE TO RESEARCH
Since C. kutscheri infection is, in most cases, inapparent and manifests itself whenever the host is sufficiently stressed, it can be a significant problem in experimentally stressed rats.

Bactério

Dans les conditions normales, les infections n’ont aucune répercussion clinique et il est difficile d’isoler le germe des animaux sains
L’apparition de signes cliniques est consécutive à des facteurs très divers : déficience en acide pantothénique, mauvaise alimentation, administration de cortisone ou d’autres substances immunosuppressives, rayons X, rayons gamma, stress lié à l’expérimentation, teneur trop élevée en ammoniac, fumée de cigarettes…
Les infections par divers agents pathogènes comme les Salmonella sp. ou le virus de l’ectromélie chez la souris (Ectromelia virus, genre Orthopoxvirus, sous-famille des Chordopoxvirinae, famille des Poxviridae) ou Mycoplasma pulmonis chez le rat ont également été incriminées.
En revanche, le dépistage des animaux cliniquement sains est plus délicat.

On se rend donc compte que c’est beaucoup plus répandu que ce qu’on pourrait croire et que c’est totalement opportuniste comme truc. Il suffit d’un agent déclenchant et boum, ce qui pourrait expliquer de très nombreux cas où les animaux malades n’étaient pas sensibles aux traitements classiques (comme peu de gens font des autopsies et encore moins des anapath ou des bactériogrammes, je vous laisse imaginer le nombre de fois où on est passés à travers). Dans les cas de Cybelle et Kid il y a effectivement des agents « externes »: Cybelle a été traitée plusieurs fois pour des soucis respis qui n’avaient peut être aucun lien avec ça au début, mais ces affections + traitements ont pu affaiblir son système immunitaire et laisse place libre à la bactérie. Pour Kid c’est arrivé après sa portée, elle était forcement plus fatiguée que la normale et il suffit de ça et éventuellement du passage d’un germe opportuniste pour que ça flambe.

Il est fort probable que cette bactérie soit chez moi depuis longtemps, et chez vous sans même que vous le sachiez ou que vous ayez adopté chez moi. Ceci étant, pour les adoptants de mes portées, en dehors de Kid et Cybelle RAS. Si c’était lié à cette portée, en mois il y aura plus de casse que ça. Cependant il n’est pas impossible qu’une faiblesse sur cette portée les rende plus sensibles à ça.

J’ai chez moi des vieux (Blue et Boogie ont plus de 30 mois) et RAS alors que Boogie n’est pas au top de sa forme. J’ai eu d’autres vieux en 15 mois et ils n’ont montré aucuns symptômes.

Ceci étant, il semble que dans de nombreux cas il n’y est PAS de symptomes type bruits pumonaires ++, rat qui grougroute, morve… Ces signes seraient apportés par l’autre agent pathogène qui a aidé à la flambée du bordel.

Ce que je préconise donc c’est qu’en cas de Tchoum, de perte de poids, d’animal patraque on aille directement chez le véto (les signes cliniques de la chose sont les suivants: perte de poids, poil hirsute, dos vouté, animal prostré, difficulté respiratoire, cage thoracique hypertrophiée, anorexie, ..). Le mieux est de commencer un traitement « classique » et si pas de réponse à ce traitement -> radio des poumons (chez le rat ça flambe dans les poumons, donc à vérifier en premier) + on attaque sur cette bactérie.

De mon coté je vais faire passer une radio des poumons à Vox, Loulou, Dice et Antares (Boogie et Blue sont vieilles et je souhaite leur éviter ce stress plus dangereux à leur âge, Juste est trop jeune il n’y aura rien à voir). C’est purement « pour me rassurer », car il y a de grandes chances de rien trouver et il y aura donc…. rien à faire. Porteurs sains (ou pas d’ailleurs) comme des milliers d’autres rats.

Si je parle de tout ça c’est pas pure transparence et pour ne pas passer à coté de quelque chose. Il n’y a clairement pas à paniquer mais c’est un agent auquel on a jamais pensé jusque là et qui nous a surement causé de nombreux soucis. Maintenant qu’on connait sont existence, il faudra y penser dans les cas un peu étranges, ça pourrait sauver des vies.

  1. EvaEva02-24-2013

    bonsoir,
    je me présente cette fois en tant qu’éleveuse…et pas en accroc au rat en résine made by « la tarte au citron »
    je me suis déjà vue en train de vous écrire sur ce sujet, mais n’y connaissant pas grand chose en rat… nous avons nos propres reproducteurs( en volailles de races anciennes… le rat ne doit pas être si retrafiqué que ça par l’industrie en dehors du blanc…) et avons réussi à éradiquer les maladies courantes de nos sujets(maladies respiratoires plus que courantes) depuis de nombreuses années en agriculture bio.. donc plus d’antibio qui affaiblissent, mais des cures d’oligo-éléments et des huiles essentielles en cures de ci delà… cela doit pouvoir avoir un écho chez vous… nous avons entre autre sur les problèmes respiratoires trouvé une aide en homéo chez Boiron… on a eu la chance d’avoir un bon contact avec la bonne véto… votre alimentation doit également être surveillée… je ne sais même pas de quoi il est question, mais moins de pesticide etc… cela doit beaucoup faciliter le digestion et cela se répercute sur les problèmes respiratoires(c’est lié!)… voilà, je suis venue faire ma sorcière ;-))) le bien être des animaux c’est notre credo… celui des humains aussi(par retour sur l’élevage des animaux à viande…)… ce que l’on mange nous « construit », pensez -y, c’est un plus en élevage et en qualité de vie tout court…
    Plus que « couteau suisse » avec votre sensibilité vous pouvez vous ouvrir d’autres horizons dans votre élevage et votre amour des rats…
    votre grande fan…
    Eva